Retour au Sommaire du Site

 Détecteur Bioénergétique

  Sommaire  
  Séances  
  Documents  

En savoir plus sur le Détecteur Bioénergétique
 


Rechercher sur le Site

Mots-clés





Une pile placée à l'intérieur d'un compteur envoie une tension faible (9 volts) à travers un fil électrique attaché à une tôle ordinaire que le patient peu tenir dans ses mains. Le courant interagit avec les champs électro-magnétiques du corps. Seulement deux volts arrivent jusqu'au patient.


Une simplification de la manière dont fonctionne le détecteur consiste à dire qu'il mesure la résistance du corps influencé par les champs magnétiques qui l'entourent. Il ne réagit pas à la sueur perçue dans les mains du patient (comme certains pourraient le penser).

Lorsqu'une personne retrouve une mémoire, le champ magnétique autour de son corps est affecté et entraîne une réaction directement visible par un mouvement de l'aiguille sur le cadran du détecteur. Plus le souvenir est pénible, plus la résistance est forte rappelant au patient ce qui s'est passé - et plus la résistance est forte, plus elle est visible sur le détecteur.

Le détecteur mesure un niveau en deçà de la conscience (c'est à dire le niveau précognitif). Lorsque l'on travaille avec un praticien expérimenté, le patient peut se souvenir d'un événement particulier, la nature de cet événement, le moment dans le temps pendant lequel il s'est effectué, ainsi que la force qu'il contient - et le détecteur renvoie une information en retour.

Une personne peut de remémorer QUOI QUE CE SOIT, quelle qu'en soit la profondeur de ce souvenir. Cependant, il sera plus facile de retrouver des souvenirs chargés(V).

Volney Mathieson présenta ses idées sur le détecteur bioénergétique à Ron Hubbard, l'inventeur de la Dianétique en 1952. Une version du détecteur connu sous le nom de E-Détecteur (Electro-Phycho Détecteur) a été introduit dans tout le groupe de Scientologique et Dianétique.

Le détecteur bioénergétique de réhabilitation moderne est utilisé pour mesurer l'état mental et les changements mentaux fidèlement et rapidement. Il est une version moderne de l'appareil connu par les psychologues sous le nom de psycho-galvanomètre.

Pour lire correctement les données d'un détecteur bioénergétique, il faut un certain entraînement afin d'acquérir une bonne expérience. Pour commencer, le praticien devra passer au moins une quarantaine d'heures de travaux de réhabilitation sur lui-même avant d'appliquer ses travaux aux autres.

Le praticien soit aussi s'entraîner au fait de rester ''présent'' à côté du patient, quelque soit ce que dit ou fait le patient. ''Etre présent'' signifie ''être ici, maintenant, sans rien faire''. Avez-vous jamais parlé avec quelqu'un en sachant qu'à certains moments il était présent physiquement, mais que son esprit était ailleurs? Ou dans un autre temps? La plupart des gens ne sont présents qu'une partie du temps. Ils ne sont pas présent particulièrement à certains moments ou ils ne veulent pas entendre ce qu'ils devraient - parce que la discussion n'est pas intéressante pour eux ou en dehors de leur réalité (en accord avec l'idée. Par exemple, deux personnes ont la même réalité lorsqu'ils aiment les chiens. Ils ont une réalité différente lorsque l'un aime les chiens et pas l'autre). Il est primordial pour que la réhabilitation soit réalisée avec succès que le praticien soit présent à 100% à TOUT moment.

Pour le novice, l'aiguille du cadran donne l'impression de s'affoler. Mais pour l'expert, chaque mouvement de l'aiguille donne des informations particulières au regard de l'attention du patient. Le détecteur ne transmet pas au praticien une image de ce que voit le patient. Mais il le prévient lorsque le patient atteint le ''point chaud'' (un espace fortement chargé), lorsqu'il en revient, et lorsque les charges n'existent plus et lorsqu'aucune information supplémentaire ne peut être acquise durant la séance.

Parfois, le patient retrouve des mémoires prises de sources différentes. Il put accidentellement retrouver des souvenirs faux ou se rapportant à quelqu'un d'autre. A ce moment, un bon praticien demandera ''s'il est possible que ces souvenirs appartiennent à quelqu'un d'autre?''.

Le patient réalisera alors si ces mémoires lui appartiennent ou non. La vérité(I) de la réponse sera déterminée par le détecteur. D'autres questions pourront plus tard permettre de savoir d'ou proviennent ces souvenirs. La preuve sera aussi indiquée sur le détecteur.

La validité de la vérité est confirmé par le fait que le patient subit des changements au cours de la séance. Des mouvements soudains peuvent être détectés. Le patient peut se sentir tout à fait bien à un certain moment et TRES las l'instant d'après. Et revenir ensuite à un état heureux. Le patient peut alors éclater en sanglots, ou trembler. Souvent, la douleur arrive soudainement puis disparaît dans différentes parties du corps. Et chacun de ces changements physiques sont généralement en rapport avec ce qui a été dit durant la séance.

Le patient progresse généralement après une bonne séance. Les choses découvertes sur le détecteur, et les regards et discussions approfondies, permettront au patient de ne plus être troublé par ces idées. Souvent le patient se sens bien plus heureux, se porte mieux et devient plus apte à ''bien faire les choses''.

Si des souvenirs nous ont été cachés, c'est qu'il existe une raison. Parfois certains souvenirs sont trop douloureux pour qu'une personne puisse les regarder directement. Ceci est un des problèmes de l'hypnose - la personne est abandonnée dans ces pensées douloureuses, qu'elle soit assez forte pour les supporter ou non.

De plus, l'hypnose ne supprime pas les charges électriques et émotionnelles négatives de sa mémoire. Ceci peut causer des problèmes parce que la personne a fait resurgir à la surface des souvenirs fortement chargés et intacts - puisque précédemment les souvenirs et la charge était dissimulées plus profondément dans la conscience de cette personne et l'affectait beaucoup moins.

Un des nombreux avantages du détecteur bioénergétique est que le praticien pose des questions au patient UNIQUEMENT à partir de choses lues. Tout ce qui n'est pas lu:

1. n'est pas un problème

2. ou n'est pas la vérité

3. ou est trop important à ce moment pour que le patient puisse s'en préoccuper. Cependant, ces choses surviennent par couches, comme un oignon. Après avoir retiré une couche, celle qui suit est plus petite. Lorsqu'une personne a pris conscience des choses les moins douloureuses, il est possible de revenir en arrière afin de s'occuper d'autres sujets, trop importants au début pour être observés, et finalement leur faire face plus facilement.

Un autre aspect important pour avoir de bons résultats est celui que la personne qui parle doit se sentir totalement libre. Le patient a besoin de savoir que le praticien qui se trouve avec lui croît en ce qu'il lui dit, qu'il ne sera pas menacé ou dérangé par ce qu'il aura dit.

 
Retour en Haut de la Page

Sommaire - Séances - Documents

Copyright © 2017 - les Rapports Martiens - Tous droits réservés


Version Imprimable de cette Page